top of page

Quelques conseils pour rouler au printemps

Dernière mise à jour : 10 mars

Nous avons demandé aux membres de l'ÉQUIPE QUI ROULE de nous partager leurs petits trucs pour un début de saison agréable. Même si l'hiver n'est pas tout à fait fini, certains ont déjà mis à profit les premières journées douces pour rouler à l'extérieur. Même si ce n'est pas une science, certains petits conseils de passionnés pourraient vous permettre de mieux aborder ces sorties dans des conditions qui sont loin de celles de l'été : météo, température, propreté et état des routes, présence de sels, reprise... Voici quelques trucs qui vous seront utiles (ou non...)


Evelyne Lacroix :

" Je roule avec mon vélo de gravelle au lieu de mon vélo de route même sur l'asphalte, cela me permet d’être plus stable sur les routes québécoises printanières et d’être plus en contrôle (trous, roches, neige, voitures qui ne sont plus habituées de voir des vélos, etc). Les sorties de printemps se font sur un rythme plus lent, cela permet de réapprivoiser la conduite de son vélo en recommençant tranquillement (on est plus sur Zwift...) et accepter qu’on est peut être un peu moins rapide en début de saison. Il faut éviter les chutes, il y a beaucoup de gravillons sur la route. Cela permet de faire les premiers ajustements mécaniques, faire des tests et aller voir nos amis de chez Qui Roule pour mettre à jour des pièces à changer. De mon côté, j'en profiter pour m’offrir un nouveau kit Sportful 🤗 qui sont vraiment bien adaptés à nos printemps."


Anthony Castonguay

Pour Anthony qui sillonne actuellement les routes du Sri Lanka, (en compagnie d'Évelyne) la méthode est plus radicale.

"Pour échapper à l'intersaison, pourquoi ne pas mettre son vélo dans une boîte , Prendre l’avion vers une région chaude !"


Mais ce n'est malheureusement pas à la portée de tous...


Maxime Dion

Il roule toute l'année pour aller travailler, donc au printemps il est prêt mentalement.

"Il faut installer des gardes-boues, ça minimise la quantité de bouette projetée à l'arrière donc ça prolonge la vie des vêtements, dans le dérailleur et le pédalier, ça prolonge la vie de la chaine et sur vos camarades dans votre roue, ça prolonge l'amitié !"


Frédéric Francoeur

"Il faut penser à remettre du scellant dans nos pneus tubeless. Et comme les risques de crevaisons sont plus importants, il faut réparer avec soins son kit d'urgence réparation ( outils, pompe, mèche, etc). "


Le petit kit de survie
Le petit kit de survie

Camille Normand

"Il faut s’habiller en pelure d’oignon (en couches) et pour savoir si on est habillé convenablement, au départ, on devrait avoir un tout petit peu froid mais rien d’intolérable : ça signifie qu’on sera bien une fois qu’on sera en action, autrement on aura trop chaud. Pour les journées plus froides, j’aime bien amener un thermos de thé noir avec du miel : chaud, hydratant, caféine et sucre tout en un !"


Enfin pour Julien Gagné qui lui applique la méthode "Anthony Castonguay" et qui sera au Sud des États-Unis tout le mois de mars pour participer à deux compétitions de gravel bike, il a tout de même quelques conseils à partager, même si c'est un peu la méthode forte...

"Le vent froid est plus dense que le vent chaud d’été. En plus on est habillé comme un parachute. Je recommande de planifier son trajet pour avoir le vent dans le dos au départ et ainsi se rendre le plus loin possible (j’ai un faible pour entre 70 et 100km) en pensant qu’on a des bonnes jambes. Comme ça on fait plus de volume et on se bâtit le mental car le retour est particulièrement long et pénible. Mais pour plus de facilité et d’agrément, faire l’inverse 😜

Toujours faire des chemins de terre en se disant « bahh ça va être pas si dégueux… » pour finalement toujours se couvrir d’une belle couche de bouette bien juteuse et avoir l’air d’un véritable guerrier préhistorique sur la piste cyclable/retour à la civilisation/maison.

Enfin surtout ne pas boire. Quand il fait froid on ne sue pas. S’hydrater c’est tricher ! 🤪"


Bon début de saison à tous !

Comments


bottom of page